Loi climat : la surenchère du Parlement européen

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on telegram
Share on email

La Commission proposait de réduire de 55 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. Le Parlement européen relève la barre à – 60 %. Réaliste ?

Par Emmanuel Berretta

Ursula von der Leyen pensait marquer les esprits en proposant, lors de son discours sur l’état de l’Union, un objectif très ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Avec – 55 % des rejets carbonés d’ici à 2030, la présidente de la Commission prenait, pensait-elle, la tête du combat climatique mondial et marquait l’histoire en présidant la Commission qui lancerait le grand chambardement devant conduire à la neutralité carbone du continent européen d’ici à 2050. Vingt-deux jours se sont écoulés et Ursula von der Leyen est déjà détrônée par plus « verte » qu’elle. En effet, dans un jeu classique de surenchère, le Parlement européen a amendé la loi climat de la Commission pour porter cette ambition à – 60 %… Pour mémoire, en 2014, l’objectif européen avait été fixé à – 40 % en 2030 par rapport au niveau de 1990. La nouvelle ambition se situe donc vingt points au-dessus alors que des rapports européens soulignent déjà la difficulté d’atteindre les – 40 %

Une alliance des députés centristes (Renew), sociaux-démocrates (S & D), écologistes et de l’extrême gauche (GUE) a permis à cet amendement de l’emporter de peu : 352 voix pour, 326 contre et 18 abstentions. Les chrétiens-démocrates du PPE ont été mis en minorité – ce qui est rare – du fait de la défection de 16 d’entre eux. L’apport des 22 députés non inscrits a été essentiel. Au PPE, 6 Polonais se sont démarqués de la ligne du parti par opposition aux ultraconservateurs au pouvoir à Varsovie, dont les réticences devant les objectifs climatiques sont connues. Du reste, la Pologne et d’autres pèseront au sein du Conseil pour que l’objectif climatique voté par le Parlement européen soit revu à la baisse lors de la négociation interinstitutionnelle à venir. Dans le plan de relance européen, il est prévu que 37 % des dépenses soient consacrées à la transition climatique.aussi Plan de relance européen : un accord arraché au prix fort !

« Course à l’échalote »

Pour Les Républicains, Agnès Evren avait mis en garde les eurodéputés contre cette « course à l’échalote qui consiste à demander 5 % de plus que son voisin de droite pour paraître le plus écolo, le plus ambitieux possible ». Le PPE s’inquiète en effet de l’impact sur l’emploi et les mesures d’adaptation que devront prendre les entreprises avec le risque de délocalisation et des fuites carbones. « Je refuse d’être dans l’idéologie, dans l’affichage politique ou dans les incantations », avait-elle conclu.

Néanmoins, le lendemain, au moment de voter sur l’ensemble du texte, Agnès Evren a mis ce désaccord de côté et a validé la loi climat. « Parce que, hormis cet objectif, cette loi climat européenne est bonne, a-t-elle expliqué, et ce, surtout grâce au travail de Mairead McGuinness (*) et du PPE. » Le scrutin final porte donc à 392 voix favorables à la loi climat, 161 voix contre et 142 abstentions. En réalité, tout dépend de la manière dont on perçoit l’adaptation de nos modes de vie et de production au changement climatique : soit on considère que c’est une punition nécessaire et on s’accommode en traînant les pieds, soit on considère que c’est une superbe opportunité de créer de nouveaux emplois et d’élaborer de nouvelles technologies sobres qui, ensuite, seront vendues dans le monde entier. Les deux perceptions traversent le Parlement et les États membres. Pour ceux qui dépendent beaucoup du charbon, comme la Pologne, l’inquiétude des répercussions sociales est grande. À Varsovie, on sait très bien que Bruxelles ne pourra pas payer la totalité de la conversion des mines de charbon… La transition écologique exige une vision de long terme quand les chefs d’État et de gouvernement ont pour horizon la prochaine élection.

Le Parlement demande également à la Commission de proposer « d’ici au 31 mai 2023 » une trajectoire au niveau de l’UE sur la manière d’atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 en marquant de nouveaux objectifs intermédiaires pour 2040. La Chine vient d’adopter un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2060.

Au nom de la Commission, le commissaire Frans Timmermans a plaidé, avec vigueur, pour un objectif de – 55 % en 2030, ce qui lui semblait déjà indispensable. « Ça va vraiment être dur à faire ! Et nous allons demander des sacrifices à tout le monde : à l’industrie, aux citoyens, au système de transport, etc. C’est un travail difficile ! Mais il est à notre portée. Et le plus tôt nous commencerons, le moins il en coûtera. Le plus tôt nous commencerons, plus tôt nous en toucherons les bénéfices. […] Mais imaginez, une seconde, le coût de la non-action. » Et d’évoquer la multiplication des vagues de chaleur, tempêtes, inondations qui causent des dommages bien plus importants.

Le groupe ID (Rassemblement national) a voté contre la loi climat. Dans l’hémicycle, la députée RN Catherine Griset a résumé la position du groupe en ces termes : « Votre empressement à faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone est idéologique. Notre trajectoire actuelle de 40 % est déjà presque impossible à réaliser. En la portant à 60 %, vous imposerez une écologie punitive à des entreprises et à des ménages fragilisés par la crise, au seul bénéfice de nos concurrents. Il faut se donner les moyens de ses ambitions : le recours au nucléaire, la confiance dans l’innovation technologique, la lutte contre la concurrence étrangère déloyale et une transition énergétique graduelle tenant compte des réalités nationales. La neutralité climatique doit venir d’un effort collectif mené à l’échelle des États, guidé par des préoccupations écologiques légitimes, mais aussi par l’intérêt de nos peuples. »

(*) Mairead McGuinness, jusqu’ici députée européenne, a été adoubée, mercredi 7 octobre, commissaire européenne chargée des Services financiers en remplacement de son compatriote irlandais Phil Hogan, démissionnaire.

https://www.lepoint.fr/monde/loi-climat-la-surenchere-du-parlement-08-10-2020-2395522_24.php